Applications, Événements, Santé

Compte rendu de la Tech Expo 2019 dans la Silicon Valley

Ceux qui me suivent sur les réseaux sociaux savent que la semaine dernière, j’étais en Californie dans la Silicon Valley, où se...

Écrit par Ilyes Talbi · 7 min lecture >
Compte rendu de la Tech Expo 2019 dans la Silicon Valley

Ceux qui me suivent sur les réseaux sociaux savent que la semaine dernière, j’étais en Californie dans la Silicon Valley, où se tenait la Tech Expo 2019. Une belle occasion pour échanger avec des acteurs de l’IA et d’autres domaines en lien avec l’analyse de données. Je dois avouer que j’ai été surpris de recevoir une invitation en tant que membre presse pour un événement de cette envergure. Je devais être au DataJob le 12 Novembre à Paris, sauf que le 11, aux alentours de 22h, je reçois un mail d’invitation pour cette événement dans la Silicon Valley (dans mes spams en plus : l’IA de Gmail pour le tri des mails a failli me faire rater cette occasion !).

L’événement regroupait 5 disciplines parmi les nouvelles technologies : l’IoT (Internet of Things : c’est la connexion entre les objets connectés et le web, l’IoT génère de grandes quantités de données), le cloud, la 5G, l’IA et la Blockchain. C’est d’ailleurs ce qui m’a le plus intéressé : toutes les étapes du data processing au même endroit . L’Iot pour la récolte de données, le cloud et la sécurité informatique pour le stockage, et l’IA pour l’analyse. La 5G constituant un outil qui devrait se révéler primordial dans les années à venir. Ce schéma vous donne un panorama des liens entre ces technologies. Pour être honnête, je ne sais pas vraiment où placer la blockchain pour le moment. D’une part, mes connaissances du domaine restent encore assez sommaires, d’autres part, en dehors de la finance et de l’assurance, la blockchain n’offre, pour l’instant, pas de nouvelles possibilités concrètes et rentables. En résumé, la blockchain est une technologie intéressante mais qui doit encore gagner en maturité. Néanmoins, les patrons d’entreprises que j’ai rencontrés, semblent prêts à investir dans cette technologie, cela pourrait booster considérablement la recherche dans ce domaine.

5 nouvelles technologies

Quelques chiffres sur ce rendez-vous
La Tech expo de 2019 c’est : 

– 5 expositions : comme je vous l’ai expliqué, il y’avait l’Iot, la 5G, l’IA, la blockchain et le Cloud (qui incluait aussi la cybersécurité)
– 12.000 participants, majoritairement des chefs d’entreprises et des décideurs, beaucoup sont venus pour essayer d’y voir plus clair concernant la stratégie data qu’ils doivent mettre en place
– Plus de 500 speakers : il y’avait plusieurs types de conférences réparties suivant plusieurs catégories différentes (néanmoins, je n’ai pu suivre que les conférences orientées IA mais mon pass press devrait me permettre de recevoir tous les diapos d’ici peu, vous serez tenus au courant 😉), des keynotes, des conférences de présentation de services et des conférences un peu plus techniques
– Pas moins de 300 exposants : là aussi réparties suivant les 5 branches de l’événement. Personnellement, je me suis focalisé sur les entreprises qui font de l’IA, et j’ai trouvé pas mal de choses intéressantes à vous raconter !
Les sujets abordées

En entrant le premier jour, j’ai été frappé par la grandeur de cet événement, je ne pouvais évidemment pas parler à toutes les entreprises, sachant qu’il y avait aussi pas mal de conférences auxquelles je voulais assister. Je vous fais un debrief de ce que j’ai vu là-bas. Au menu, des utilisations intéressantes de l’IA et des perspectives nouvelles de développement dans pas mal de domaines.

 La smart city semble n’être encore qu’un mythe que nous ne sommes pas près d’atteindre !
Il fallait s’y attendre, la thématique des smart cities a été largement couverte par l’événement. Même si elle a été abordée essentiellement d’un point de vu IoT, il me semble important d’en parler. 
Malgré le fait que certaines solutions innovantes sont proposées, en parlant avec certains des acteurs qui façonnent la smart city de demain, le problème semble être le même : un manque de coordination avec les politiques. Toutes les villes semblent attendre la ville voisine et les investissements sur le long terme qu’implique une stratégie tech, repousse beaucoup d’entre elles. Et c’est dommage, car pas mal d’entreprises proposent des choses innovantes sur ce terrain, j’ai choisi de vous parler de fybr, que j’ai rencontré à la soirée networking (au Levi’s Stadium, le stade de l’équipe de football américain de San Francisco !).
fybr : parking intelligent et gestion du trafic routier
On estime que 30% du trafic routier d’une ville est dû à la recherche d’une place pour stationner : cela crée de la pollution, constitue une perte de temps et une perte d’essence ou d’électricité pour les automobilistes. Fybr a développé des capteurs pour les villes, qui permettent de déterminer, en temps réel, si une place de parking est disponible ou non. Une application vous permet de trouver la place disponible et vous fournit d’autres informations comme le tarif par exemple. Ainsi, ils peuvent proposer à la ville un panorama de l’utilisation de ses places de parking, afin qu’elle puisse optimiser leur fonctionnement, faire des prévisions ou prévoir d’ajouter des places.

Compte rendu de la Tech Expo 2019 dans la Silicon Valley

Concernant l’usine du futur

Evidemment, les usines d’aujourd’hui sont déjà en grande partie automatisées et connectées. Ce n’est pas pour autant que les entreprises se reposent sur leur lauriers. Les solutions pour la prévision de défaillance de machines high-tech sont de plus en plus convaincantes. CloudKarya, une entreprise de la Silicon Valley qui propose des services de machine learning, propose la mise en place d’outils de prévisions de défaillances pouvant être adaptés à plusieurs domaines. Leur système est très efficace, il permet de prévoir des pannes assez tôt pour pouvoir trouver une solution. D’un point de vue technique, cela semble reposer sur des séries temporelles (comme souvent lorsqu’il s’agit de prédiction). Ainsi, même si on en est encore loin, on avance rapidement vers l’usine complètement automatisée.

Les entreprises de e-commerces en avance en termes d’intelligence artificielle

Je n’ai pas vu de nouvelles techniques d’utilisations de l’IA pour le e-Commerce, mais j’ai vu que pas mal d’entreprises qui font du e-Commerce, comme eBay, Levi’s, Walmart, Overstock.com ou encore Stitch fix (entreprise spécialisée dans la mode, j’en parle dans un autre article) ont compris comment transformer leur données en cash. J’ai été frappé par le nombre de personnes venant d’entreprises de e-Commerce parmi les speakers. Il faut dire qu’en e-Commerce, récupérer les données des clients n’est pas compliqué, ils avaient les outils avant tout le monde, c’est ce qui explique en partie leur avance. Parmi les utilisations, la recommandation personnalisée de produits, la détection de fraudes ou encore l’optimisation du service après-vente. Mais là où ils font la différence, c’est sur la stratégie qu’ils arrivent à mettre en place. D’ailleurs, je suis convaincu que c’est sur cet aspect que les entreprises qui souhaitent se lancer dans l’IA doivent miser. Contrairement à ce que l’on pense, le développement d’algorithmes n’est pas la partie la plus compliquée du processus.

Recruter des data scientist talentueux est toujours aussi difficile

Beaucoup d’entreprise luttent encore pour trouver des talents en data science, les meilleurs coûtent chers et sont dans les grandes entreprises. J’ai entendu que les professionnels de la data d’Elon Musk tournaient autour des 1.5M de dollars par an ! Des entreprises spécialisées dans le recrutement étaient donc présente pour parler de leurs méthodologies pour trouver des talents. Rien de vraiment innovant pour Harman, une entreprise de recrutement spécialisée dans les métiers de la data. En revanche, Turing.com proposent une solution qui m’a convaincu. Si vous êtes spécialisé dans l’intelligence artificielle, vous vous inscrivez sur leur plateforme et vous passez une série de test de programmation afin d’établir votre profil de compétences. Parallèlement, les entreprises qui souhaitent recruter, établissent le profil du candidat souhaité et un algorithme de matching (dopé à l’IA bien sûr) se charge de proposer aux entreprises les candidats qui pourraient leurs convenir.

La stratégie data intéresse de plus en plus, de plus en plus tôt les entreprises

La majorité des patrons de grandes entreprises ont déjà pensés à intégrer de l’intelligence artificielle dans leur travail. Cela peut être pour automatiser une tache qui coûte du temps et de l’argent, optimiser un processus qui fonctionne bien pour gagner plus, diversifier leur gamme de produits ou encore pour proposer de l’innovation dans le domaine de l’IA. La nouveauté est que les patrons de petites structures aussi s’intéressent à leur stratégie IA à long terme. Néanmoins, j’ai remarqué qu’aussi bien les grandes que les petites structures, ne savaient pas comment s’y prendre, il en résulte des entreprises qui perdent de l’argent et finissent par abandonner leur marche vers l’IA, ce qui constitue un manque à gagner évident.
L’AI Expo était l’occasion de rencontrer des entreprises qui ont réussis à mettre en place une stratégie data qui produit des résultats. Cela m’a permis d’apprendre les étapes d’une stratégie bien menée. Il faut savoir qu’une stratégie comporte 3 étapes. La première étape est c’elle de ‘’cognification’’, c’est à cette étape que vous pensez votre stratégie : Quels sont vos objectifs ? Quelle est la situation actuelle du marché ? Qu’est que l’IA peut vous apporter ? La seconde étape consiste à constituer une équipe de spécialistes en IA et chercher vos partenaires. Inutile de préciser à quel point cette étape est primordiale. Votre équipe, c’est ceux qui vont mener à bien votre projet. Quant aux partenaires, il y a plusieurs raisons qui font que vous ne pourrez pas vous en passer. Vous n’avez peut-être pas tous le matériel disponible ou des données assez fiables par exemple. Même chez Google ils ne font pas tout en interne. La dernière étape est celle d’intégration. Comment mettre en place votre solution ? Quels sont les risques liés ? Y-a-t-il des questions éthiques ? Etes-vous en règle vis-à-vis de la data privacy ? Evidemment, cela ne constitue qu’un léger résumé, si cette thématique vous intéresse, n’hésitez pas à me le dire, je serais ravi de publier un article sur le sujet !

Ce que j’aurais aimé trouver

Evidemment, on ne peut pas tout avoir dans un seul événement. 

– Il n’y a pas de talents en IA ? Alors où sont les entreprises qui proposent des formations IA ? Mis à part un stand qui proposait des formations en lignes, je n’ai pas vu grand-chose.

– Une autre chose (qui n’est pas propre à cet événement) c’est que les entreprises ont encore trop tendances à envoyer leur commerciaux, il est donc difficile d’avoir des informations précises sur le fonctionnement technique des algorithmes proposés. Même lorsque l’on rencontre un technicien, les explications sont assez sommaires, l’algorithme de l’entreprise est ce qui lui rapporte de l’argent, c’est donc une recette gardée soigneusement…

Ces points paraissent au final assez anecdotique au vu du déroulement global de l’événement. C’est à travers ce genre de rencontre entre plusieurs disciplines de la tech que l’on pourra faire rentrer le machine learning dans une nouvelle dimension. Malgré tout ça, s’il y a une leçon à retenir c’est : regardez vos spams !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *